parlementaires, pétition, ressources, iniquité, injustice, demande de remboursement,

Derniers commentaires

Calendrier

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

Mots clé (tags)

Aucun tags dans ce Blog

Annonce

rss Syndication

Catégories

Choisissez un thème



Liens

     
    06 Jan 2012 - 01:37:23

    SCANDALE PENSION DE REVERSION DU REGIME GENERAL

     

     https://www.chapitre.com/BOOK/bienfait-marianne/deux-poids-deux-mesures-amiante-hepatite-c-fiva-carsat,77649636.aspx

     

     

    https://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=MARIANNE+BIENFAIT&type=

     

     

     

    Si vous pensez que nous devons tous prétendre à une pension de réversion, merci de signer cette pétition maintenant car risque d'oubli ensuite

     

    http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N18881

     

    Qu'est-ce qu'une pension de réversion ?

     

    Vous êtes marié(e), vous travaillez, donc cotisez pour votre retraite, mais l'un de vous deux malheureusement décède, le conjoint survivant peut alors, peut-être (je dis bien peut-être) prétendre à une pension de réversion, car même si votre conjoint(e) a longuement cotisé, cette pension de réversion peut très bien ne pas vous être versée, ou bien alors être tout simplement diminuée, ce que nous allons voir plus loin.

     

    Notre belle devise française : "liberté, égalité, fraternité" est bel et bien égratignée, et loin d'être appliquée ; elle dessert les uns pour mieux servir les autres.

     

    IL FAUT SAVOIR QUE NOS POLITIQUES (MINISTRES, DEPUTES, SENATEURS...) PEUVENT CUMULER LEURS MANDATS ET SE FONT DES RETRAITES EN OR, pour seulement quelques années de cotisations, quand ils cotisent d'ailleurs ! On se souvient également que notre ancien Président Nicolas Sarkozy, fraîchement élu, s'était généreusement octroyé une augmentation de son salaire de 142% passant de 8 300 à 20 200 € par mois !  C'est très bien (enfin pour eux) mais si l'on partageait un peu, non ? Quoi ??? Ils ont des responsabilités et se sacrifient pour leur région ou leur pays  et ils le méritent ? Non ! Ils  aiment le pouvoir et ils ont la chance de le choisir leur métier ! Nous savons tous que le pouvoir attire certains et qu'à lui seul il reste une manière de s'épanouir et de s'accomplir, alors où est la difficulté pour eux ? Il en faut, certes ! Mais a contrario, l'ouvrier, le maçon choisit-il ? Aime-t-il sa vie ? A-t-il une satisfaction professionnelle ? Peut-être ou peut-être pas, mais très souvent il ne choisit pas malheureusement, car pas né avec une cuillère en argent dans la bouche !  Avez-vous déjà vu un ouvrier, fils de politiques ou de professions dites "nobles" ? Non, jamais ! Pourquoi ? Car ce sont des métiers dévalorisés et très peu payés.

    Pourtant, nous avons tout autant besoin de lui, que de l'homme politique, mais  lui, l'ouvrier, il s'accomplira ou peut-être pas dans sa vie professionnelle et, en outre, il  ajoutera des difficultés financières toute sa vie, cela va le poursuivre jusqu'à la fin, et pourquoi ? Pourquoi ? Il est nécessaire à la société, tout autant que l'intellectuel, le politique, l'artiste... Mais son salaire sera dérisoire toute sa vie, il décédera souvent plus tôt que d'autres, très souvent d'ailleurs, car fatigué et plus exposé aux fléaux connus, et puis son ou sa conjoint(e) devra encore faire face à des difficultés financières, car bien qu'il ait cotisé longuement pour s'assurer une retraite, les droits ouverts "peut-être" à son conjoint ou à sa conjointe seront encore grappillés par l'Etat.

     

    L'on dit toujours, diviser pour mieux régner...

     

    J'espère toutefois, et très sincèrement que les ayants droit des fonctionnaires conserveront leur avantage de n'être pas soumis à conditions de ressources pour cette même pension de réversion et que les conjoints(es) des salariés du privé les rejoindront (et non encore un alignement par le bas comme c'est toujours le cas), car en ce qui les concerne, s'ils veulent prétendre à une étude de droits pour une pension de réversion, ils ne doivent pas dépasser la somme de 19 614,40 € annuelle (soit 1 634,53 € BRUT par mois au 1er janvier 2014) si la personne vit seule, ou bien 31 383,04 € annuel  BRUT (soit 2 615,25 €/mois) en cas de remariage, concubinage ou pacsée,  ; ce qui signifie que la personne qui travaille ne touchera rien, ou quasiment rien, dans la majorité des cas ;  Le SMIC étant de 1 430,22 euros brut par mois (pas très loin du montant à ne pas dépasser de 1 634,53  euros brut). Il est toutefois accordé un abattement de 30 % sur les revenus d'activité aux personnes âgées d'au moins 55 ans. Une condition d'âge est également requise, depuis le 1er janvier 2009, elle est de 55 ans.

    Le principe est que dans le régime général des salariés, le conjoint survivant peut avoir droit à 54 % de la pension (retraite de base) dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l'assuré décédé. Ce montant est toutefois réduit, OU PUREMENT SUPPRIME, si, en l'ajoutant aux autres ressources BRUTES, on dépasse le plafond de ressources. Il faut savoir que ce sont les ressources BRUTES qui sont prises en compte, donc avant prélèvement des cotisations sociales.

    Pour une veuve non remariée avec des ressources supérieures à la somme de 19 614,40 € Brut/an, au 1er janvier 2014 (soit 1 634,53 € / brut par mois),  IL N'Y AURA PAS DE DROITS OUVERTS A UNE PENSION DE REVERSION ; si les ressources n'atteignent pas la somme brute de 19 614,40 €, le calcul sera ainsi fait (il sera ajouté, dans un 1er temps, la pension complète calculée, que l'on ne touche pas, aux ressources personnelles) soit  :

    Ressources personnelles brutes annuelles + pension de réversion annuelle A LAQUELLE ON POURRAIT PRETENDRE (qu'on ne touche absolument pas) ; puis on fera la différence entre cette somme et le plafond annuel de 19 614,40 € que l'on déduira de la pension de réversion

    Exemple

    Une personne touche une retraite personnelle de 1 000 euros par mois. Agée de 55 ans, son épouse demande la réversion, sachant qu'à cette date ses ressources sont de 1 150 euros par mois.

    Son dossier est étudié par la caisse de retraite. Ses ressources personnelles ne dépassant pas le plafond de ressources fixé à 1 634,53 euros par mois, son droit à la retraite de réversion est ouvert.

    Le calcul suivant est fait : 1 000 € x 54 % = 540 euros par mois.

    Ses ressources personnelles (1 150 euros par mois), ajoutées à la retraite de réversion entière à laquelle elle peut prétendre (540 euros) sont égales à 1 690 euros.

    Elles dépassent alors le plafond de ressources autorisé, d'un montant de 1 690 € - 1 634,53 € = 55,47 euros.

    Sa pension de réversion est donc diminuée d'autant : 540 - 55,47 € = 484,53 euros. C'est ce montant qui lui est versé… au 1er janvier 2013.

    En réalité, les ressources de cette dame, à la base, sont pourtant inférieures au plafond de 19 614,40 € (puisque de 17 000 €/an) mais avec le calcul insidieux appliqué, elle se retrouve au-dessus du plafond, puisqu'il lui est ajouté la pension à laquelle elle pourrait prétendre, MAIS QU'ELLE NE TOUCHE ABSOLUMENT PAS ! Elle percevra donc une pension de réversion dite "différentielle".

     

     

    La pension de réversion peut être partagée entre conjoint et ex-conjoints. Le partage est proportionnel à la durée de chaque mariage.

     

    Pour ce qui est du Régime des fonctionnaires, je souhaite vivement que les époux (ses) conservent ce droit de n'être pas soumis à des conditions de ressources pour prétendre à cette pension de réversion. Dans le régime de base (sécurité sociale), nous devons pouvoir prétendre aux mêmes droits et ainsi nous aligner aux fonctionnaires sans conditions de ressources  ! et surtout ne pas résoudre le problème encore par le bas.

     

    LES COTISATIONS ONT ETE VERSEES POUR UN DROIT À UNE RETRAITE   !  DANS LE CAS DE NON VERSEMENT AU CONJOINT SURVIVANT, CELA DEVIENT DU VOL !!!

     

    NOS CONJOINTS (ES) ONT COTISE ET NOUS AVONS DONC DES DROITS SUR CES COTISATIONS.

     

    Une seule exception, la retraite complémentaire :

    Que ce soit pour Arrco ou Agirc, au décès d'un(e) salarié(e) ou d'un(e) retraité(e), une fraction de sa retraite complémentaire est susceptible d'être versée à un ou plusieurs bénéficiaires, orphelins de père et de mère et conjoints.

    La pension de réversion de la retraite complémentaire est alors attribuée sans conditions de ressources, mais s'ajoutera au calcul de la pension de réversion de base (sécurité sociale). Cette pension de la retraite complémentaire est dérisoire : 167 € par mois en ce qui me concerne !

     

    La CARSAT, organisme de retraite m'a contactée récemment : je devais rendre compte de mes ressources en septembre 2007, lors du décès de mon mari. ou bien j'étais purement et simplement suspendue de mes droits : 300 €. Ils soupçonnaient d'autres ressources que celles déclarées. De victime, je suis passée à coupable et très choquée par les propos de l'agent qui a fini par se ranger de mon côté et à m'inciter à créer une association contre cette injustice. Que me voulait-on encore ? Cela ne suffit donc pas la perte d'un être cher, il faut encore ajouter des problèmes financiers ? L'agent voulait des preuves, mais quoi ? Je n'ai rien, je ne possède rien, mes décomptes bancaires pour prouver encore et encore ma pauvreté ? J'ai finalement fourni une attestation sur l'honneur de la somme détenue avant le décès de mon mari.

     

    Début décembre 2011, un courrier de la CARSAT me demande des justificatifs, des bulletins de paye pour la période 2007 à ce jour. Très certainement une révision de mes droits, car une pension de réversion allouée n'est jamais définitive, elle est révisable toujours en fonction des ressources, en hausse ou en baisse. Le conjoint ou ex-conjoint survivant, à qui une pension de réversion a été attribuée, peut voir son montant réduit, y compris réduit à zéro, en cas d'augmentation de ses ressources. 

     

    Ne pas oublier que nos politiques, avec des revenus très confortables, perçoivent aussi les allocations familiales, 5 000 € par an annoncés par certains. Beaucoup plus, en ce qui me concerne, que ma pension de réversion !!!

     

    Si comme moi, vous êtes en colère après ces mesures profondément injustes et si vous pensez que l'on vole les cotisations versées par votre époux ou votre épouse, REJOIGNEZ-MOI et faisons le savoir... Cette injustice ne doit plus perdurer !!! Il faut récupérer nos droits, en toute dignité !!!!

     

    GARDONS BIEN EN TETE QUE NOS POLITIQUES (MINISTRES, DEPUTES, SENATEURS...) SONT EN DROIT DE CUMULER LEURS MANDATS ET QU'ILS SE FONT DES RETRAITES EN OR ! POURQUOI PAS ? MAIS PARTAGEONS ! LA CRISE, SI ELLE EXISTE REELLEMENT, N'EST PAS QUE POUR CERTAINS. SI ELLE EXISTE !!! C'EST TELLEMENT PLUS FACILE D'APITOYER LE PEUPLE POUR FAIRE PASSER LES LOIS PLUS AISEMENT !! J'ESPERE ME TROMPER !

     

    ET ILS VONT OSER GRAPPILLER SUR NOS TOUTES PETITES PENSIONS DE REVERSION ET TOUT CELA SANS COMPLEXES ??? Un petit coup d'oeil  ici :

     

    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/08/60/68/html/Indemnites-cumul-elus.html

     

    IL FAUT REAGIR, créons tous ensemble une association combative.

    Il s'agit d'un vol manifeste de nos cotisations, et une façon détournée d'effacer définitivement ces pensions de réversion à terme, car la vie difficile nous oblige à travailler à deux et sachant que le SMIC est à 1.430,22 euros brut par mois (soit 1 120,43 € net/mois pour 35h par semaine) nous ne sommes plus loin du plafond à ne pas dépasser (1 634,53 €/ brut par mois) ; n'oublions pas que ce sont les montants bruts qui sont retenus dans le calcul, soit dans le cas d'un SMIC, il sera retenu 1.430,22 euros et non la somme réellement perçue de 1 120,43 €.

     

    Une honte !!!!!

     

    A suivre ....

    PS : une injustice parmi tant d'autres, malheureusement, mais une personne concernée est mieux placée que quiconque pour relater son problème ; il ne faut donc pas hésiter à s'exprimer !!!

     (Suite pension de réversion - vol manifeste)

     

    COMMENTAIRE ABSURDE D'UNE PERSONNE CONFONDANT REGIME GENERAL (sécurité sociale) avec REGIME DE SOLIDARITE :

    "Tout ce que vous écrivez est faux !!! La réversion ne peut être supprimée que pour le régime de base, qui est un régime de solidarité, dans lequel la notion de cotisation n'a aucun rapport avec le montant des prestations versées. Par contre pour les régimes complémentaires, cotisation = pension puis pension de réversion de façon systématique !!!"

    Ma réponse :

    Vous avez  seulement raison sur 2 points :

    Le 1er point c'est qu'effectivement la pension de réversion ne peut être supprimée QUE dans le Régime de base également appelé Régime général, et NON DE SOLIDARITE (il faut savoir que le régime de base (ou sécurité sociale) couvre la plupart des salariés ainsi que d'autres catégories, moyennant COTISATIONS pour la retraite).

    Le 2ème point, c'est qu'effectivement pour le régime complémentaire, la pension de retraite peut être attribuée sans conditions de ressources (mais SEULEMENT SUR DEMANDE de l'ayant droit et non DE FACON SYSTEMATIQUE et à partir de 55 ans). Mais nous verrons plus loin que le montant de cette pension est dérisoire.

    Le régime de base n'est en rien un régime  de SOLIDARITE ; je tiens à souligner que ce régime général est obligatoire et lié à cotisations (contrairement à ce que dit ce Monsieur dans son commentaire) et n'est surtout pas un régime de SOLIDARITE, ou ne devrait pas l'être, puisque travailleurs nous cotisons tous pour notre retraite via ce régime général. Les conjoints survivants, pour la pension de réversion, doivent pouvoir prétendre aux cotisations versées par leur époux (ses). C'est UN DROIT, Monsieur et NON DE LA SOLIDARITE !

    En revanche, avec le régime des fonctionnaires, lié aussi à cotisations, la pension de réversion NE PEUT PAS ETRE SUPPRIMEE et est SANS CONDITIONS DE RESSOURCES (est-ce aussi un régime de solidarité ????). Je souhaite que les fonctionnaires conservent cet avantage (qui n'est en rien un régime de solidarité, ils ont cotisé comme nous dans le Privé, c'est UN DROIT !!!).

    Ce que j’écris n’est pas faux car du pur vécu !! Oui les pensions de réversion pour les complémentaires ne sont pas soumises à conditions de ressources. Je vais vous dire combien je touche pour la complémentaire : 167 €/mois et ce, seulement depuis cette année, à mes 55 ans ; mon mari est décédé j'en avais 51  !!!! Il y a des personnes qui se retrouvent malheureusement seules beaucoup plus jeunes !!!

    Arrêtez d'avoir un raisonnement par le bas, ça suffit !!!! Regardez plutôt les indécences qui se passent en "haut", tels que les politiques (Ministres, Sénateurs, Députés, Maires...), ayant des revenus confortables, et qui peuvent en outre cumuler leurs mandats et obtenir des retraites, supérieures aux nôtres avec un seul mandat de 5 ans, cotisations ou pas, et cela sans complexes ; de même que certaines professions ayant des revenus dépassant la raison et qui peuvent prétendre à des allocations familiales, comme cela a été reconnu par certains :  5 000 € par an, beaucoup plus que ma propre pension de réversion ainsi que celles allouées à la majorité ! Un scandale !!

    Allez jeter un coup d'oeil sur le site ci-dessous (n'oubliez pas que ce métier, ils l'aiment, ils s'accomplissent à travers lui, et ne dîtes surtout pas, ils le méritent, MAIS ! NOUS AUSSI ! NOUS LE MERITONS !  Pourquoi de tels écarts ?


    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/08/60/68/html/Indemnites-cumul-elus.html

     

    Une pension de réversion complète, dans la majorité des cas, dans le Privé, ne dépasse pas les 500 €  mensuels ; mais cette somme, si nous travaillons, nous ne la touchons pas car nous sommes soumis(es) à des conditions de ressources, nous percevons alors une pension de réversion dite "différentielle", c'est-à-dire "réduite", si nous ne dépassons pas la somme de 19 177,60 € annuelle (soit 1 598,13 € BRUT par mois au 1er janvier 2012) ; somme très proche du SMIC qui est de 1 398,37 € BRUT par mois (soit 1 098,28 € net par mois).  Ce qui signifie que les personnes dépassant légèrement le SMIC ne toucheront jamais de pension de réversion. Si nos époux (ses) avaient vécu, il aurait bien fallu les verser ces pensions !!!

    Alors pour vivre à peu près bien, nous devons travailler et cotiser pour gagner aussi notre retraite, (quand nous pouvons travailler), car dans tous les cas, même si elle est versée, ne comptons pas sur cette unique pension de réversion (même complète) pour pouvoir vivre sereinement ! Nous devons pouvoir cumuler les deux sans diminution !!!! LES COTISATIONS ONT ETE VERSEES PAR NOS CONJOINTS (ES).

    Juste une petite question, puisque les pensions de réversion sont du ressort de la solidarité ; en ce qui concerne les pensions de réversion octroyées sans conditions de ressources aux fonctionnaires (tous statuts confondus), est-ce aussi de la solidarité ?????

     

    A suivre !!!!!!!

     

    31 janvier 2012, je reçois un appel de la CARSAT (ex CRAM) ; un employé de cet organisme m’annonce machinalement, tel un robot, qu’il a été procédé à une révision de ma pension de réversion, suite à un changement de situation (effectivement, après une période de chômage, suite à un licenciement après 10 années de bons et loyaux services, j’ai travaillé de décembre 2009 au 31 janvier 2011) ; cet employé ajoute, toujours de façon monocorde, que je suis donc redevable de la somme de 14 000 €.

    Les bras m’en tombent, je ne peux plus prononcer le moindre mot tellement je suis abasourdie par une telle annonce.

     

    14 000 €               14 000 €            14 000 €   14 000 €  !!!!!!

     

    Somme que je dois rembourser à l’Etat ; depuis la disparition de mon mari, en septembre 2007, je n’ai pu prétendre qu’à une toute petite pension de réversion, et ce, à compter de février 2008 ; les sommes mensuelles ont varié de 200 € à 400 € sur 46 mois

     

    Aujourd’hui l’on me demande de rembourser

     

    14 000 €               14 000 €            14 000 €          14 000 €  !!!!!

     

    Le comble du comble c’est que cet employé m’a en outre souhaité une bonne journée ; manquait plus que la bonne année !!!!

     

    Mais dans quel monde vit-on ?

     

    Je ne rembourserai pas cette somme ; j’irai jusqu’au bout, je me battrai, mais jamais je ne rendrai cet argent, que je n’ai pas volé.

     

    De victime, nous passons à coupable ; quelle est cette France qui a pour devise : liberté, égalité, fraternité ????

     

    Dans le privé, nous sommes assujettis à conditions de ressources pour nos pensions de réversion alors que nos chers politiciens cumulent INSOLEMMENT leurs mandats sans complexes et s’octroient des allocations familiales dépassant largement nos petites pensions de réversion.

    Rejoignons les fonctionnaires et espérons qu’ils conservent ce droit à la pension de réversion sans conditions de ressources.

     

    Mon mari a cotisé !!!! Je ne vole pas cette pension de réversion.

     

    A suivre !!!

    Si vous êtes d'accord avec ce texte, merci de signer cette pétition (copier l'adresse ci-dessous  et la coller dans votre barre d'adresse en haut de l'écran) :

    http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N18881

    PS : une injustice parmi tant d'autres, malheureusement, mais une personne concernée est mieux placée que quiconque pour relater son problème ; il ne faut donc pas hésiter à s'exprimer !!!

     

    19 mai 2012

    Ma dite  "dette" de plus de 14 000 € court toujours, j'ai reçu en avril dernier une nouvelle notification annulant et remplaçant celle de janvier 2012  (la 1ère étant erronée, bug informatique soi-disant).

     

    J'ai transmis un courrier à la commission amiable de la CARSAT et je suis toujours, à ce jour, dans l'attente d'une réponse qui je l'espère effacera définitivement cette réclamation INADMISSIBLE !

     

    Peut-être que le nouveau gouvernement mis en place tentera de remettre de l'ordre dans l'organisation de cet organisme qu'est la CARSAT et que nous n'aurons plus à déplorer de telles réclamations et que nous pourrons enfin rejoindre les fonctionnaires et ainsi ne plus être soumis à des conditions de ressources pour percevoir nos pensions de réversion. La perte d'un être cher est déjà suffisamment douloureuse pour ne pas en rajouter avec des difficultés financières.

     

    A suivre…

     

    14 juillet 2012

     

    Calme plat pour le moment, aucune relance de la part de la CARSAT, mais je m'attends un jour ou l'autre à avoir l'huissier à ma porte. Je refuse catégoriquement de "rembourser" cette dite "dette" ; une somme de plus de 14 000 €, versée "soi-disant" par erreur, car j'ai un salaire trop conséquent, bien évidemment puisque je touche le SMIC !

    Je ne suis pas coupable ! Je n'ai rien volé ! Juste victime !

     

    A suivre...

    14 août 2012

    Après 5 mois en sommeil, nouvel appel téléphonique de la CARSAT (la veille du 15 août présageant, n’est-ce pas un « bon » Week End, merci la CARSAT !). Au vu de l’attitude de l’agent à mon encontre, je suis persuadée être le vilain petit canard de la société. Je rappelle que dans le cadre d’une pension de réversion, le ou la conjoint(e) a cotisé pour une pension future. Prétendre à une pension de réversion n'est donc pas du vol ; comme d’ailleurs cela est  admis pour les fonctionnaires, qui, je le rappelle, ne sont pas soumis, quant à eux, à des conditions de ressources.

     

    Au téléphone, l’agent de la CARSAT dénonce mon dossier comme très particulier, car présentant un trop-perçu très important. Evidemment 14 350,70 €, ce n’est pas rien, effectivement ! Je rappelle toutefois que cette somme est échelonnée sur 46 mois (46 mois durant lesquels la CARSAT m’a versé environ 400 € par mois sans jamais me faire de demandes de ressources annuelles, ni même fait un recoupement avec mes déclarations d’impôts sur le revenu), manque de professionnalisme, non ? Et le comble c’est qu’elle me verse toujours à ce jour une pension de réversion de 400 €, cherchez l’erreur !!!!!

     

    Cet agent de la CARSAT (service contentieux, je pense) souhaite avoir de plus amples renseignements, car me soupçonnant visiblement de fraudes. Eh oui, j’ai perdu mon mari, et je n’avais que ça dans la tête, frauder la CARSAT et « omettre volontairement » de déclarer ma reprise de travail ! Ben voyons ! Si telle était mon ambition de récupérer de l’argent, j’aurais mieux fait de me préoccuper davantage de contracter une assurance vie pour assurer mes arrières, quitte à frauder, car rappelons que la dite « fraude » s’élève à seulement 400 € par mois. Nous ne sommes pas sans savoir que la basse couche sociale (j’en fais partie) se contente des miettes, mais tout de même, il y a des limites à tout !!!!

     

    Questions de l’agent :

    1er point : « pourquoi, vous êtes-vous mise dans une « omission de déclaration frauduleuse » (tel est son terme) et pourquoi n’avez-vous pas déclaré votre reprise de travail au 1er décembre 2007 ? »

     

    2ème point : « comme indiqué dans vos différents courriers, est-il vrai que vous n’avez perçu que 5 mois de  salaires durant vos trois années d’activité ? » (Pour info, je travaillais dans l’agence de mon fils et compte tenu des difficultés de celle-ci, il ne pouvait me rémunérer, et se payait lui-même très difficilement).

     

    Ce monsieur a déblatéré, déblatéré, tout au long de l’entretien, en me coupant la parole sans cesse, dès que je la prenais et en argumentant avec des mots malheureux et choquants, tels que : fraude, coupable, omission frauduleuse, procès, menaces, mais jamais un seul instant, il n’a prononcé le mot « décès », « veuve ». Pourtant, pourquoi suis-je dans cette situation de soi-disant « endettement» ? C’est bien parce que j’ai malheureusement perdu mon mari, on ne l’oublie que trop, car a priori, nous devenons, non plus des victimes, mais des coupables pour n’avoir pas déclaré une éventuelle reprise de travail ? Pas un instant, la fragilité qui nous touche ne semble effleurer ces administratifs se cantonnant à des textes de loi complètement absurdes, certes pas votés par eux, mais un minimum d’humanisme serait toutefois le bienvenu. Les cotisations ont été payées !!! Pour info, les pensions de réversion ont un effet rétroactif en cas de trop-perçu, en revanche, un pensionné qui réclame sa pension une année après le décès de son ou de sa conjoint(e) ne bénéficiera pas, quant à lui, de l’effet rétroactif, l’année sera perdue pour lui. Bonjour l’équité et la justice en France ! J’emploierai plutôt le terme iniquité !!

     

    Ma réponse au 1er point :

    Je tiens à préciser, pour le 1er point, que je n’ai absolument pas « omis » de déclarer ma reprise de travail, c’est juste que je ne savais pas et que j’étais très très fragilisée par la perte de mon mari et que je le suis toujours après 5 années. Je me permets d’ajouter que l’organisation de la CARSAT comporte des failles ; pourquoi cet organisme ne fait-elle pas de demandes annuelles de ressources à ses assurés ? Comme le fait annuellement la CAF chaque mois de juillet ? Tous ces problèmes seraient ainsi évités !

     

    Réponse de l’agent :

    « Vous n’avez pas à intervenir dans l’organisation de la CARSAT, c’est vous la coupable car vous deviez déclarer votre reprise de travail et vous vous êtes mise en situation de fraude. Les textes sont ainsi faits (je ne le sais que trop) et vous devez respecter la loi ».

     

    Monsieur, je suis bien consciente que vous n’y êtes pour rien et je ne vais pas vous incriminer ; les textes de loi sont là et nous n’avons pas le choix d’y échapper, même s’ils sont injustes, mais reconnaissez toutefois que l’organisation interne de la CARSAT comporte des failles et ne protège absolument pas ses pensionnés. Vous ne voulez pas l’entendre, vous avancez tous mes points négatifs mais ne reconnaissez absolument pas cette faille énorme dans la gestion de vos pensionnés.

     

    Il conteste, et me coupe sans cesse, j’ai un mal fou à placer 2 mots.

     

    « C’est impossible, nous ne pouvons pas adresser à chaque pensionné une demande de ressources, ils sont trop nombreux, vous auriez dû déclarer vous-même cette reprise de travail, je ne comprends pas !!».

     

    Les allocataires de la CAF ne sont-ils pas nombreux aussi ??? Et pourtant, chaque année, ils reçoivent une demande de leurs ressources et s’ils ne répondent pas ils sont suspendus de leurs droits. De plus, vous me dites ne pas comprendre, je ne vous souhaite pas de perdre votre conjointe, car sachez que dans cette situation nous sommes très fragilisés.

     

    « Ah oui bien sûr, je comprends ! C’est une situation particulière ».

     

    Comment ça, c'est une situation particulière ? Mais Monsieur, ce n’est pas une situation particulière, puisque vous m’appelez dans le cadre d’une pension de réversion, c’est bien parce que j’ai perdu mon mari, non ? Une pension de réversion est bien attribuée à un veuf ou à une veuve ? Nous sommes donc tous concernés dans ce contexte de fragilité.

    Silence…

    Si l’on m’avait fait une demande de ressources annuelles, je ne serais bien évidemment pas dans cette situation, j'aurais tout simplement répondu à vos demandes. De plus, je puis vous dire, pour m'être renseignée,  qu’il y a énormément de personnes dans mon cas, n’est-ce pas étonnant ?

     

    « Oui, effectivement, nous avons énormément de dossiers concernant des trop-perçus ».

     

    Alors entendez enfin qu’il existe bien des failles dans votre organisation et que nous ne sommes pas des fraudeurs ?

    Silence…

     

     

    Pour le 2ème point que vous évoquez, il est vrai que je n’ai perçu que 5 mois de salaire, comme je l'ai d'ailleurs indiqué dans mes différentes correspondances ; la trésorerie de l'agence de mon fils ne permettait plus d’honorer mon salaire, lui-même se payait très difficilement, mais il a continué à honorer les cotisations salariales de façon à ce que nous ne soyons pas inquiétés par l'Inspection du travail pour exercice d’un travail « au noir » me concernant. Car pour aider mon fils, je travaillais toujours dans l’agence, bénévolement, mais en payant les cotisations sociales.

    Claire joly · 519 vues · 1 commentaire

    Lien permanent vers l'article complet

    http://pensionreversion-vol.sosblog.fr/reversion-b1/SCANDALE-PENSION-DE-REVERSION-DU-REGIME-GENERAL-b1-p15.htm

    Commentaires

    Commentaire de: Claire joly [ Membre ]
    Bonjour, je suis l'auteur de ce blog, et je ne comprends pas car en le consultant ce jour, j'ai pu remarquer que toute la première partie de celui-ci avait été supprimée, j'ai dû la rééditer, de même que les nombreux commentaires des visiteurs n'apparaissent plus ainsi que le nombre de visiteurs qui approchait les 100 000 vues.
    N'ayant aucun mail ou contact pour m'informer et me répondre, je me sens contrainte de le divulguer en public, tout en espérant que l'on puisse me renseigner quant à cette suppression.
    Claire JOLY (auteur du blog)
       12/03/2018 @ 15:04:04

    Laisser un commentaire

    Statut des nouveaux commentaires: Publié





    Votre URL sera affichée.


    Veuillez entrer le code contenu dans les images


    Texte du commentaire

    Options
       (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)